vendredi 7 septembre 2007

Second Night : une présentation

Paris à l'heure du virtuel

Pour la première fois, une collectivité de la dimension de Paris investit l’univers virtuel de Second Life. A l’occasion de la Nuit blanche, la Ville présente en effet une exposition intitulée « Second Night » et met en avant les travaux futuristes, engagés et souvent iconoclastes d’une dizaine d’artistes internationaux.
Dans un bâtiment virtuel conçu par l’architecte Ignazio Mottola, les visiteurs du monde entier guidés par leurs « avatars » vont pouvoir découvrir des œuvres entre utopie et réalité, des caméras disposées dans l’espace physique d’exposition à l’Hôtel d’Albret, dans le 4e arrondissement, diffusant en temps réel, l’animation parisienne.
Les noctambules y découvriront l’univers virtuel de Second Night grâce à une scénographie composée d’ordinateurs et d’écrans. Le promeneur pourra même y créer son avatar sur place pour amorcer la balade et y rencontrer certains artistes dont les œuvres sont de véritables passerelles entre les deux univers, voire influencer leur performance…

Un projet artistique sur Second Life

Second Life est un univers virtuel inventé en 2003 où se retrouvent des millions d'utilisateurs ayant pris la forme d'un avatar. Contrairement à ce qu'était le Web à ses débuts, Second Life est un monde créé par une société privée, Linden Lab. Dans ce monde virtuel s'est développée une économie réelle, basée sur une monnaie appelée le Linden dollars, convertible en dollars US. En quelques années sont apparus sur Second Life des banques, des agences immobilières, des sociétés de recrutement, des commerces en tous genres vendant des objets virtuels, des concerts, des activités culturelles, des centres éducatifs, mais aussi des groupes politiques, des crashs boursiers, des casinos (récemment interdits), des activistes, des grèves, une industrie du sexe, des criminels virtuels... et des artistes.

Second Life est aujourd’hui massivement investit par l'industrie du spectacle, le monde politique ou les sociétés privées. Mais derrière la dimension onirique des paysages, des architectures, des corps des avatars naviguant enfin librement selon les 3 dimensions de l'espace - on y vole comme en rêve - d'autres dimensions plus voilées de cet univers sont à explorer :

Celle d’un stade ultime du pop où se multiplient les avatars de stars.

Celle de la nouvelle fragilité identitaire d'une vie qui ne tient qu'à un clic.

Celle d'une exacerbation de la notion de valeur marchande (on s'achète un pénis pour quelques Linden dollars...)

Celle d'une mascarade écologique dans laquelle un avatar sur Second Life consomme autant d'énergie qu'un habitant du Brésil de classe moyenne (1,752 kWh).

Celle d'une prison panoptique où chacun des gestes des avatars est surveillé et analysé, chaque incartade instantanément reportée et punie.

Celle d'un arrière-goût de fin des utopies, à l'heure où la notion de territoire sort des rails d’une idéologie libérale désormais inopérante, pour ne traiter les êtres humains qu'en flux migratoires de "valeur travail".

La cartographie des territoires synthétiques de Second Life évoque la construction d’une image en miroir de la réalité, élaborée collectivement, qui se révèle un instrument de compréhension, d’analyse mais aussi de contrôle de notre société.

Pendant la Nuit Blanche, un espace d'exposition à découvrir en tant qu’avatar ou personne physique, proposera un regard sur cet univers en évolution. L’évènement aura donc lieu à la fois dans l’espace physique de l’Hôtel d’Albret et dans un bâtiment spécialement conçu par l’architecte Ignazio Mottola sur Second Life.
Elle réunira des pratiques artistiques qui, au-delà de la notion de reproduction, se confrontent avec les différents aspects de Second Life.


Parmi les artistes invités :
- Valéry Grancher propose une pièce sur la question de la délation et du crime sur Second Life
- « Me2 » est une pièce Internet de Claude Closky présentée dans l’espace physique, dont une nouvelle version sera exposée sur Second Life.
- Etienne Joubert travaille sur la question de l’origami en relation avec le morcellement du corps des avatars
- Christophe Bruno et David Guez lancent l’utopie participative Second France
- Alain Della Negra et Kaori Kinoshita présentent la vidéo « Newborns » dans l’espace d’exposition sur Second Life et la nouvelle vidéo « Furries », conçue in situ pour l’espace d’exposition physique.
- Miltos Manetas une clin d’œil à Andy Warhol à travers l’imaginaire du jeu vidéo
- Une performance d’Agnès de Cayeux explore les questions du commerce du sexe dans l’univers virtuel
- Le groupe Second Front pionner des pratiques artistiques sur Second Life présentera une vidéo de leurs célèbres attaques de zombies virtuels.
Les possibilités architecturales sont abordées à travers les travaux d’Andreas Angelidakis, précurseur de ces questions dans les mondes virtuels, ainsi que ceux de Yona Friedman, une des figures mythiques de la théorie de l’architecture, dont la Ville Spatiale connaît une nouvelle existence dans Second Life.

7 commentaires:

Riona a dit…

Et bien... Que de compliments dites moi!

Vous êtes surs qu'on parlent bien de SL la?, j'ai comme un doute...

Quand aux oeuvres mises en places, "haha" est assez juste comme réflexion, des photos sans intérêts, des prims posés a la va vite, une architecture digne de la jolie tour en cube de mon filleul de 5 ans.

bref, un... "truc" (j'appelle pas ça un évènement) fait à la va vite, aucun goût architectural.

Quand aux "artistes" ou supposé tels, c'est a se couper les veines, avec pour seul chose a avancer des sujets racoleurs et sans fondements (délation et crimes.. HEY! on parle d'une plate-forme virtuelle, pour infos on y meurt pas, on ne s'y blessent pas et franchement pour être "arnaquer aujourd'hui" faut pas être futé!), idem pour la question du sexe in SL, cela dit c'est plus vendeur hein? et tellement plus facile.

Quand au groupe second front (jamais entendu parler ou alors vaguement) ils sont loin d'être les pionniers francophones.

Bref une copie a largement revoir.

yongho a dit…

Tiens un commentaire de ma meilleure ennemie ... Héhé.
Ca me troue le fion mais de le dire mais chuis d'accord avec elle et j'ai rarement vu une bouze pareille dans SL. Qaund je pense que cela se veut de l'art ... et qu'ils ont travaillé dessus (dixit une voisine) un mois ...
Dommage ... le concept était amusant ... la réalisation moins.

- Dénoncez ... dénoncez il me faut des noms ...
- Ben ... mon avatar est bien un peu basané. Ca le fait ?
- Parfait ! Je le note !
- Cool ... Puis chuis venu avec des wagons de prostituées et de travelos avec moi ... Ca va vous plaire ça !
- ... *gros silence*

Bref encore du buzz et une méconnaissance totale de SL.

Ginkgo Arashi a dit…

Consternant.
La seule "oeuvre" pertinente à propos de Sl que j'ai pu voir dans ce catalogue de poncifs était "Newborns"... Une video ! sinon zéro, aucune intelligence, aucun usage un tant soit peu original des possibilités de Second Life. Lamentable. Si la Nuit Blanche en RL était de cette eau-là, ben j'ai bien fait de pas sortir.
Ah et si, il y avait quand même un téléport pour Design Island, où j'ai pu aller me reposer de vos bêtises.

cloclo a dit…

Pas du tout d'accord avec les commentaires précédents! Cette expo est SUPERBE dans SL et dans RL (j'y étais, pas comme vous visiblement). Si vous pensez que l'architecture qu'ils ont créé n'est que des prims posés à la va vite, c que vous n'avez aucune idée de ce que c que de construire de manière professionnelle dans SL. Par ailleurs, l'espace qu'ils ont construit est à la fois d'une simplicité affichée et d'une esthétique minimaliste superbe et comme toujours les choses les plus simples et les plus évidentes sont les plus difficiles à réaliser, surtout dans un univers dominé par le kitch et le bug qu'est SL.

Si vous n'avez jamais entendu parler de Second Front c encore plus grave. D'abord ils ne sont pas francophone en effet, et comptent parmi leurs membres des artistes comme Gazira Babeli ou Patrick Lichty, membre des Yes Men... Des pionniers absolus en effet et des stars de SL, regardez leurs bios ... visiblement vous n'avez aucune idée de ce dont vous parlez.

Quand aux oeuvres exposées, je les ai trouvées pratiquement toutes excellentes. Critiques, à la fois vis à vis de RL et de SL.

Allez voir les bios des artistes exposés - je suis d'accord une bio ça prouve rien mais bon - c'est la premiere fois que des artistes contemporains de cette envergure sont exposés dans SL

Et si vous supportez pas que des artistes aient une position ironique et critique par rapport à votre petit univers kitch et mesquin et bien restez y

Ginkgo Arashi a dit…

Empiler 10 étages, minimaliste c'est, en effet.

De la part d'artistes prétendument connaisseurs de sl de longue date, je suis désolé mais j'attendais quelque chose de plus fou , de plus délirant, quelque chose qui me donne envie de rester, de toucher, d'expérimenter, de participer, de dialoguer, de visiter. Pas un environnement de MJC (de 10 étages, soit...), organisés à la trique comme par un commissaire d'exposition scolaire et obsédé par des problématiques de maton.

C'est bien ce qui m'énerve tellement dans tant d'expositions d'"Art", en RL comme en virtuel : une juxtaposition à la va comme je te pousse de monomanies nombrilistes, sans vision d'ensemble, sans poésie, sans fun, sans rien.

Design Island était vraiment à 1000 lieues au-dessus de cette merde, je l'ai déjà dit.
Quant au pedigree des intervenants j'en ai rien à faire, ce dont je parle c'est de ce que j'ai vu, et qui m'a donné très rapidement envie de partir.

hell Lamont a dit…

Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu de trucs aussi pourave !
Les vidéos présentées étaient tout juste du niveau d'amateur logées chez youtube , où étaient les "artistes" où étaient les organisateurs de l'événement pour accueillir les visiteurs ?

Aucun n'échanges possibles entre artistes et visiteurs a part avec ce gas du ministère de la délation, aussi bon acteurs qu'un figurant de "plus belle la vie"

même si l'idée était bonne , la réalisation paraissait bâclé ce qui n'a rien d'étonnant qu'en on lis le commentaire de cloclo sur son mépris de secondlife :"univers kitch et mesquin», qui ne devait sûrement pas mériter plus d'effort de leurs part.

Quand aux membres des yes mens, ils devaient être fatigués car ils valent bien mieux que ça.

yongho a dit…

"Et si vous supportez pas que des artistes aient une position ironique et critique par rapport à votre petit univers kitch et mesquin et bien restez y"

Qui y a-t-il ma pupuce ?
J'ai touché un point sensible ? Ces constructions soit disant artistiques étaient ridicules et n'arrivent pas à la cheville de certains buildeurs même pas chevronnés de SL. Le cadre était moche, absolument pas convivial et les oeuvres ne valaient pas tripette en dehors des qq sourires qu'elles pouvaient faire naître. Point. C'est MON opinion et je ne regrette pas de ne pas avoir fait 700 km pour en plus me les coltiner en RL ... J'aurais d'ailleurs même pas fait 500 métres ... Que ses artistes soient reconnus en RL ... Tant mieux pour eux. Parce que ya encore du chemin à faire en SL.

Sinon ... Pas de soucis ... je vais rester dans MON univers ... Pour les éventuels côté kitsch et mesquin ... C'est TON opinion. Et moi ... je m'en balance. Je ne me donnerai même pas la peine de t'indiquer quelques lieux et artistes de SL qui sont à 100 coudées au dessus de ce que j'ai vu hier ... A priori tu as déjà trouvé ton bonheur et c'est très bien ... pour toi !!

Mouarf !!!